Garderie périscolaire

garderie

Horaires : lundi, mardi, jeudi, vendredi de 7h30 à 9h00

(attention : départ de la garderie pour l’école à 8h50)

et de 16h30 à 18h30.

Contact : Tiphaine et Mélanie  02 37 26 81 09

Tarifs :

Prix de la demie-heure : 1€,gratuité pour le 3éme enfant

Toute demi-heure commencée doit être réglée dans sa totalité.

CHANGEMENT DU MODE DE FACTURATION

 A compter de la rentrée 2018-2019, les cartes de garderie payables d’avance sont supprimées.

Chaque mois, suivant les demi-heures utilisées, vous recevrez de la Trésorerie un Avis des sommes à payer (avec la cantine).

Syndicat scolaire S.I.R.P.

Le Syndicat Intercommunal de Regroupement Pédagogique regroupe les écoles des communes de Saint-Luperce, Orrouer et Saint-Germain Le Gaillard.
Tél: 02.37.26.85.12
Courrier électronique: sirp@saintluperce.fr

En voici les statuts:

  • Article 1er : En application des articles L 5212-1 et suivants du code général des collectivités territoriales, il est constitué entre les communes de Saint Luperce, Orrouer et Saint Germain le Gaillard, un syndicat intercommunal à vocation scolaire qui prend la dénomination de :
« SIRP de Saint-Luperce, Orrouer, Saint-Germain le Gaillard »
  • Article 2 : Le syndicat a pour objet l’étude, la construction et la gestion du futur groupe scolaire avec garderie et centre aéré.
  • Article 3 : Au 1er septembre 2005, le SIRP aura la gestion du personnel et des bâtiments du groupe scolaire avec la garderie, le restaurant scolaire, le centre aéré et le transport scolaire.
  • Article 4 : Le siège du syndicat est fixé à la Mairie de Saint-Luperce.
    Les fonctions du receveur du syndicat sont assurées par le Receveur de la Trésorerie de Courville sur Eure.
  • Article 5 : Le syndicat est institué pour une durée illimitée
  • Article 6 : Le comité syndical est administré par un comité composé de 12 délégués élus par les conseils municipaux des communes adhérentes.
      • 6 pour Saint Luperce (et 4 suppléants)
      • 3 pour Saint Germain le Gaillard (et 2 suppléants)
      • 3 pour Orrouer (et 2 suppléants)
        Quelle que soit l’évolution de la population, aucune commune ne pourra avoir à elle seule la majorité des délégués.
  • Article 7 : Le bureau est composé du Président, de deux Vice-Présidents et de trois membres élus

par les membres du comité.

  • Article 8 : Le comité se réunit sur convocation du Président ou sur la demande de la moitié au moins des membres du comité 3 jours avant la réunion.
  • Article 9 : Le budget du syndicat pourvoit à toutes les dépenses prévues aux articles 2 et 3. Il sera alimenté par la contribution des communes adhérentes, les subventions de l’Etat, du Département et diverses subventions.
  • Article 10 : Les communes contribuent aux dépenses du syndicat. La participation de chaque commune est fixée :

Pour l’investissement: Déduction faite de la démolition des anciens locaux à la charge de la commune de ST LUPERCE,
10 % seront également pris en charge par la commune de ST LUPERCE, les 90 % restants
seront répartis comme suit :

    1. pour 1/3 au prorata du nombre d’habitants de chaque commune (dernier recensement)
    2. pour 1/3 au prorata du nombre d’élèves inscrits à l’école à la rentrée de septembre pour chaque commune
    3. pour 1/3 au prorata du potentiel fiscal de chaque commune

Pour le fonctionnement:
Les charges de fonctionnement de l’école maternelle, de l’école primaire, du restaurant scolaire,
de la garderie et du centre aéré, seront regroupées et réparties au prorata du nombre d’élèves
de chaque commune inscrits à la rentrée de septembre.

Pour le transport scolaire: au nombre d’élèves transportés de chaque commune (inscrits à la rentrée de septembre).

  • Article 11 : Une commune qui désirerait adhérer ou se retirer du syndicat pourra le faire en suivant les conditions de l’Article L 5211-18 du Code Général des collectivités territoriales qui prévoit les dispositions d’adhésion d’une commune et l’article L 5211-19 qui définit les conditions de retrait d’une commune.
  • Article 12 : Sont scolarisés à l’école Jules Verne, les enfants résidants ou dont les familles peuvent justifier d’un mode de garde chez une assistante maternelle professionnelle sur l’une des trois communes du regroupement.
    Les frais de scolarisation de l’enfant seront à la charge de la commune du lieu de garde. 
  • Article 13 : Les délibérations du syndicat seront notifiées au Maires des communes adhérentes.

Le Comité Syndicat est administré par un comité composé de 12 délégués élus par les conseils municipaux des communes adhérentes.

Histoire

cartecassini

 

(D’après les documents de E. Lefèvre)

cartecassini

Hartencourt

Berceau de la commune

Au début, il y eut Hartencourt !

En effet, Hartencourt, établie sur la rive gauche de l’Eure, paraît avoir été le berceau de la commune. Appelée Hatencort puis Hatencourt, Hartencuria (1348), cette bourgade perd sa suprématie au profit de la cité de Nant autre bourgade -établie sur la rive droite de l’Eure- dont les habitants se groupent autour de l’église et du château

. Une colonie de Normands s’était en effet installée sur l’autre rive de l’Eure et avait continué de prospérer puisqu’au XIIIè siècle, on dénombrait déjà 9 moulins, 1 château et une église.

Ainsi, Nantum détrôna-t-elle Hartencourt !

Au Moyen Age, c’est la famille Cholet -seigneurs du village- qui domine St Luperce. Au 17è siècle, le château change fréquemment de propriétaires et ce n’est qu’à partir de 1738 qu’il reste la propriété de la même famille : celle des du Cluzel.

Les du Cluzel appartenaient à une vieille famille du Périgord. Se succèdent donc Léonard, son fils François-Pierre puis Thérèse qui épouse son cousin Antoine-Marie du Cluzel. Leur fille épouse Frédéric de Mérode (maire de St Luperce en 1828) puis devenue veuve elle se remarie avec Charles de Cossé-Brissac, marquis de Cossé, arrière grand-père de l’actuel comte Charles-Louis de Cossé.

Le 19è siècle est une période politique agitée : on passe de l’Empire à la Royauté et après un détour par quelques Révolutions, une République, un Empire2, la guerre de 1970, la France s’installe pour un bon nombre d’années en République 3 ! Et pendant ce temps-là, les Elus de Saint-Luperce doivent prêter serment tantôt au Roi, tantôt à l’Empereur. Il faut savoir s’adapter !!

En consultant les registres de délibérations des conseils municipaux du 19è siècle, on constate que le village dont l’activité principale est l’agriculture, évolue cependant avec les progrès techniques et les idées nouvelles de cette période.

Des documents attestent qu’au cours de la guerre de 1870, notre village subit l’occupation prussienne. En 1940, Saint-Luperce n’est pas épargné par la guerre, la débâcle de l’exode et l’occupation ! Mais son Maire, Maurice Dumais avec dévouement, courage et conviction a résisté aux envahisseurs et aidé tous ceux qui doivent fuir le régime nazi.

Arrêté par la Gestapo, il est fusillé par les Allemands le 30 mars 1944.

 

Continuer la lecture de « Histoire »